Erstarrung (Engourdissement) Outre le texte, la musique accumule les pistes : trois dièses (la majeur), mesure à 3/4, découpe A-A'-B-A, mélodie reprise trois fois, cadence parfaite conclusive reprise trois fois. Dans le prélude, un discret motif de cor en écho se fait entendre entre deux bruissements des feuillages[33] (mesures 7 et 8) et réapparaît plus loin sur un point d'orgue, avant le dernier couplet. Mon chemin m'a conduit, 22. Nach ihrer Tritte Spur, En vain, je cherche dans la neige – En mi-bémol majeur / Nicht zu geschwind, Hie und da ist an den Bäumen Il s'agit d'une conception au plus proche du folklore et la plus lyrique du cycle et en même temps, en considérant l'ensemble où le lyrique est absent, ce lied est donc aussi le moins typique[22]. He wrote some 600 lieder, nine symphonies (including the famous "Unfinished Symphony"), liturgical music, operas, and a large body of chamber and solo piano music. Auf dem Flusse (Sur la rivière) Par sa densité et son dramatisme, l'œuvre dépasse tout ce qu'il a produit dans le genre. 11. 1.Gute Nacht Goedenacht Fremd bin ich eingezogen, Fremd zieh' ich wieder aus. Ces nouveaux textes correspondent au second cahier de Schubert – sans les poèmes nos 13 et 19. 2. Schubert mêle dans ce cycle à parts égales le duo instrumentiste et chanteur, anticipant Schumann. 2 D 542, Dúo "Antigone und Oedip" ['Ihr hohen Himmlischen'] por dos voces y piano (1817); Op. Sur ma chevelure, 15. Bibliothécaire et professeur dans un lycée, Wilhelm Müller (1794–1827), auteur des textes, est un poète du premier romantisme. Selon Hans Jörg Mammel, ce choix empêche le cycle de se clore sur une impression de paix[41]. Le choc est terrible pour le musicien. Sur ce lied se dévoile le but du voyage : le tombeau. Tonalement, l'original en si mineur, est à rapprocher du no 9, Irrlich, ces deux lieder apparaissant comme détachés de ceux qui les entourent, comme des îlots. Je la secoue bien. All structured data from the file and property namespaces is available under the Creative Commons CC0 License; all unstructured text is available under the Creative Commons Attribution-ShareAlike License; additional terms may apply. Ich folg’ ihm nach die Kreuz und Quer, Une lumière danse gaîment devant moi, – En la mineur / Ziemlich geschwind [assez animé], Der Wind spielt mit der Wetterfahne De tekst is beschikbaar onder de licentie. Mut ! Version originale et traduction du poème de Wilhelm Müller, repris dans le premier lied du Voyage d’hiver (Winterreise) de Schubert, Gute Nacht.Traduction réalisée par Pierre Mathé. Hy was bekend vir sy rolle in die rolprente Tecumseh (1972) en The Flight (1977), en in die televisiereekse Zur See (1977) en Alarm für Cobra 11 - Die Autobahnpolizei (1996). 4. Manches bunte Blatt zu seh’n, Çà et là, sur les arbres Winterreise, eine komponierte Interpretation, Liedteksten met vertalingen in het Nederlands, Engels, Spaans, Italiaans, Frans, Catalaans, Koreaans en Fries, International Music Score Library Project, https://nl.wikipedia.org/w/index.php?title=Winterreise_(Schubert)&oldid=57794849, Wikipedia:Artikel mist referentie sinds april 2018, Wikipedia:Alle artikelen die een referentie missen, Creative Commons Naamsvermelding/Gelijk delen, Originele werken van of over dit onderwerp zijn te vinden op de pagina. Le voyageur, tant terrestre que sentimental, est perdu, sans espoir et avec la sensation d'être au bord du vide, entre suicide et folie. No. La seconde partie ne l'est pas moins, mais dans une forme différente. De dove acteur Horst Dittrich vertaalde de tekst van de liederencyclus in 2007 in de Oostenrijkse gebarentaal en nam hem in de jaren 2008 en 2009, in Wenen, Salzburg en Villach in een productie van ARBOS - Vereniging voor muziek en theater met pianist Gert Hecher en bariton Rupert Bergmann, gefilmd door Olgierd Koczorowski (PZG Szczecin, 2009). Mais ensuite, la progressive désagrégation psychique du voyageur n'est que timidement rendue. Podróż zimowa (niem. Ich kann zu meiner Reisen Nicht wählen mit der Zeit, Muß selbst den Weg mir weisen In dieser Dunkelheit. Winterreise (Viatge d'hivern, en català) és un cicle de 24 lieder —composicions per a veu i piano— compost per Franz Schubert en dues parts de 12 lieder cadascuna, realitzades el febrer i l'octubre de 1827 i publicades per Tobias Haslinger el 14 de gener de 1828 i el 30 de desembre del mateix any, respectivament. – En sol mineur (original en la mineur) / Ziemlich geschwind, doch kräftig. Alors que le précédent recueil décrivait une courbe de l'espoir vers le désespoir, le Voyage reste constamment dans le registre de la lassitude, de l'aspiration au silence de la tombe. Un feu follet m'a attiré. Einsamkeit (Solitude) Franz Schubert [fʁɑts ʃubɛʁ]2 (en allemand : [ˈfʁants ˈʃuːbɐt]3) est un compositeur autrichien né le 31 janvier 1797 à Lichtental (dans la banlieue de Vienne), et mort à Vienne le 19 novembre 1828. (Courage) Le caractère sombre du musicien – « l'hiver est tombé sur son âme Â» dit Marcel Beaufils[6] – pendant la composition impressionne ses amis[13], d'autant que la première partie du cycle est justement fondée sur une rumination du souvenir, propre au romantisme. Hab’ lang und fest sie angeseh’n. дільності: 169 × 240 пікселів | 339 × 480 пікселів | 424 × 600 пікселів | 542 × 768 пікселів | … Il s'agit d'une marche, le voyage inexorable commence, campé par l'introduction. Le recueil est peu peuplé de choses animées ou inanimées. , pensées sur le Winterreise de Schubert, « Winterreise Â» par Thomas Kalka et Carmen Daniela (piano), https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Winterreise&oldid=177648494, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, Article de Wikipédia avec notice d'autorité, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, Enregistrement différent du précédent, réalisé les 24 et, Version pour ténor et orchestre composée par. La sobriété du discours musical, son intériorité douloureuse, son impression d'immobilité emportent l'auditeur du premier au dernier lied, qui ne conclut pas, s'arrêtant juste au bout de la solitude, « au seuil de la démence Â» (Einstein). Schubert avait déjà mis en musique un cycle de poèmes intitulé La belle meunière (1823) dont il partage le thème de l'amour non partagé et sont placés « tous les deux sous le signe de l'errance, l'un des thèmes majeurs de l'époque et du lied schubertien[8] Â». Frühlingstraum (Rêve de printemps) Die Nebensonnen (Les reflets du soleil dans les nuages – Parhélie) Gute Nacht (Bonne Nuit) ... Information from Wikipedia. Après la première parution dans Urania, intitulée Wanderlieder von Wilhelm Müller — Die Winterreise In 12 Liedern, le poète ajoute dix poèmes. » L'accompagnement « est soutenu par une seule pulsation (triolet de croches, noire pointée) – on dirait le pas d'un homme qui se force à aller de l'avant[34]. Rast (Halte) Ce lied est un quasi récitatif. The Linden Tree (Der Lindenbaum) Die Winterreise No. Étranger je repars. – En ré majeur / Etwas langsam, Es bellen die Hunde, es rasseln die Ketten; Entry at Wikipedia for Schubert's song cycle "Winterreise" Entry at the "Lied and Art Song Texts Page" ... Ans Tor dir: Gute Nacht, Damit du mögest sehen, An dich hab' ich gedacht . He produced a vast oeuvre during his short life, composing more the 600 vocal works (largely Lieder), and well as several symphonies, operas, and a large body of piano music. Ainsi poèmes et musique sont un des témoignages les plus bouleversants « de cet asservissement politique, que Heine donnait nommément comme cause véritable de l'ironie romantique et de la difficulté d'être[4]. No. Quelques mois plus tard, sans doute à la fin de l'été 1827, Schubert découvre le second volume complet des poèmes de Müller intitulé, « Chants de la vie et de l'amour Â» publié en 1824 à Dessau. Entre les deux périodes de composition un élément vient encore accroître son point de vue personnel, celui de sa condamnation à mort plus présent encore : Beethoven est mort en mars 1827. Heine, si clairvoyant sur les causes réelles du romantisme, logées dans l'absence de liberté politique, rend hommage au poète[3] et dit son admiration : « Combien purs, combien clairs sont vos chants et dans leur ensemble ce sont des chants populaires. Version pour ténor et quintette à vents : Version adaptée en français par Keith Kouna avec orchestre de jazz arrangé par. Le Voyage d'hiver est l'œuvre la plus triste du compositeur, il n'y a aucune issue ; l'hiver est la mort. – En sol mineur / Mässig, Was vermeid’ ich denn die Wege, Aus dieser Sammlung hatte Schubert 24 Gedichte ausgewählt, welche er, zusammengestellt in Winterreise, vertonte, wodurch Wilhelm Müller ebenfalls bekannt wurde. Müller, estimé par ses contemporains pour ses « Chants grecs Â», ne connut sans doute jamais Schubert et serait tombé dans l'oubli ou l'anonymat sans le musicien. Nun merk’ ich erst wie müd’ ich bin. Part songs [1] en la New Schubert Edition [2] o Series XVI-XIX en Franz Schubert's Works (unas en Series XX).. Part songs con un número de opus Part songs publicadas durante la vida de Schubert Op. Il s'agit d'un style choral et une étape métaphysique[39] qui se conclut sur « Je me sentirai mieux dans l'obscurité Â». « Le but de ce Voyage d'hiver, c'est la mort[2]. He is particularly noted for his original melodic and harmonic writing. — Joseph von Spaun, Écrits sur ma relation avec Franz Schubert (1858)[14]. Viennent ensuite, Hermann Prey (six fois), Hans Hotter et Gérard Souzay (cinq fois), Peter Schreier (quatre) et Ernst Haefliger (trois)[48]. – En mi-bémol majeur / Etwas geschwind. L'action a déjà eu lieu : la bien-aimée n'est plus sienne, et Müller dit adieu au monde [12] ; Schubert l'entend sur … Mais j'espère avec confiance qu'il pourra se trouver une âme semblable à la mienne qui saisisse les mélodies glissées sous les mots et qui me les restitue. Gute Nacht steht für: . Winterreise was composed in two parts, each with twelve songs, the first part in February 1827 and the second in October 1827. Le cycle du Voyage d'hiver ou Winterreise est sans doute le plus beau recueil de lieder de Franz Schubert. Il décide donc de mettre en musique les douze nouveaux poèmes, qui ne figuraient pas dans Urania. Je vais chanter un cycle de lieder à vous faire frémir. Auf meines schönen Liebchens Haus, Le vent joue avec la girouette Winterreise), op. Das Wirtshaus (L'Auberge) Le choix de Schubert de garder l'ordre des poèmes tels qu'ils se présentent, fait que les plus sombres (Der Wegweiser, Das Wirtshaus et Die Nebensonnen) sont groupés dans la deuxième partie, alors que les plus clairs (Irrlicht et Frühlingstraum) sont dans la première partie. Des Himmels graues Kleid! « L'unité de l'ensemble devient au plus profond une unité de la démarche, une unité de climat[23] Â» on pourrait même dire que Schubert conserve un statisme accentué par la reprise du prélude en postlude. Du heller, wilder Fluß, Toi qui bruissais si joyeux, La dernière étape, celle que découvrira le musicien à la fin de l'été, se présente dans l'édition complète, où Müller remanie encore en inversant les nos 16 et 15 et en insérant deux textes supplémentaires à leur place connue, les nos 13 et 19, « sans doute pour atténuer la disparité[5] Â» thématique entre l'inspiration initiale et son évolution. 17. I came here a stranger, As a stranger I depart. Les partitions musicales sont temporairement désactivées. Cette série de poèmes est groupée par Müller sous le titre de Voyage d'hiver. Là-bas, derrière le village – En si mineur (original en ré mineur) / Langsam, Wie eine trübe Wolke Franz Schubert fut cette « Ã¢me semblable Â». Tret’ ich auch schon auf Eis und Schnee, La plante des pieds me brûle J'en fus douloureusement ému. Winterreise (Voyage d'hiver en français), D.911, est un cycle de 24 lieder pour piano et voix, composé par Franz Schubert en 1827, un an avant sa mort, sur des poèmes de Wilhelm Müller. ». », « comme pour faire sourire un peu cette âme dévastée[28] Â» du voyageur. La musique les laisse en désarroi, ils sont déçus par les textures clairsemées, par son manque de charme[15]. Von meinen Wangen ab. », « Il nous donne, enregistré en public à Londres, la grande version moderne du cycle, Schubert's Winter Journey, anatomy of an Obsession, Stefan Kunze (trad. À l'enterrement, il est porte-torche parmi les trente-six du cortège au côté de Grillparzer[20]. Frozen Tears (Gefror’ne Thränen), No. Lied aus dem Liederzyklus Winterreise von Franz Schubert (1797-1828). Français : Gute Nacht, premier lied du recueil Winterreise de Franz Schubert sur un poème de Müller. Winterreise (Viagem de Inverno) é um ciclo de 24 lieder composto em 1827 por Franz Schubert sobre poemas de Wilhelm Müller.Foi o segundo dos três ciclos de canções escritos pelo compositor (sendo o primeiro Die schöne Müllerin e o terceiro Schwanengesang).Segundo o próprio Schubert, tratava-se do seu preferido.Foi escrito originalmente para tenor, mas é frequentemente … Comme si la musique elle-même avait fui, tel le cœur mort du voyageur. La première partie paraît du vivant du compositeur, le 14 janvier 1828, et la seconde, le 30 décembre 1828, un mois après la mort du compositeur, à trente-et-un ans. Winterreise kan ook geïnterpreteerd worden als een beschrijving van de door de Restauratie ‘bevroren’ maatschappij.[bron?]. Winterreise är en diktcykel som består av 24 dikter av Wilhelm Müller och som framför allt är känd som en sångcykel (D 911) för mansröst och piano komponerad av Franz Schubert och publicerad 1827 med opusnummer 89. Het zijn 24 getoonzette gedichten van Wilhelm Müller voor zangstem en piano. Il commence le cycle en février 1827 pour les douze premiers lieder et lorsqu'il en découvre les autres durant l'été, il le complète d'un second cahier, achevé et mis au propre en octobre de la même année. 01.wav 20 s; 3.36 MB Schubert, "Gute Nacht", piano link to the final verse, where the key changes from minor to major.png 1,787 × 449; 11 KB Vers onze : texte original de Müller : "brummen"[40]. », « de cet asservissement politique, que Heine donnait nommément comme cause véritable de l'ironie romantique et de la difficulté d'être, « sans doute pour atténuer la disparité, « le maître immortel du Lied allemand Â», « tous les deux sous le signe de l'errance, l'un des thèmes majeurs de l'époque et du lied schubertien, « véritable confession musicale et [a] été baptisé dans le sang d'une vraie et profonde souffrance Â», « Il ne retrouvaient plus leur gentil Franz, le bon compagnon des Schubertiades, le Viennois facile, l'ami souriant et serviable, « L'ironie du poète, prenant ses racines dans le désespoir, trouva en lui un écho et lui donna une expression musicale mordante. たい雪に覆われた冬。若者は自分がただのよそ者であると感じ、あてもない旅に出ようとする。 – En ut mineur / Ziemlich schnell [assez vite], Ich such’ im Schnee vergebens Im Dorfe (Au village) Gute Nacht Lyrics: Fremd bin ich eingezogen / Fremd zieh ich wieder aus / Der Mai war mir gewogen / Mit manchem Blumenstrauß / Das Mädchen sprach von Liebe / Die Mutter gar von Eh' / Das Mädchen Vers six : texte original de Müller : "Schwankt". Good Night (Gute Nacht), No. 24. Le premier lied est en majeur, mais la fin abandonne le majeur pour conclure en mineur. Mais la nature des régions traversées dans les deux recueils est tout à fait différente[8]. La musique passe au majeur sur le dernier vers : « Leur fille est une riche fiancée. Un ami de Schubert écrit : « Schubert fut pendant quelque temps d'humeur sombre et paraissait souffrant. This page was last edited on 4 February 2018, at 14:30. Aus der Stadt gezogen, Une corneille était avec moi En el Catálogo de Deutsch es el D. 911.. Es una de las obras que compuso en el último año de su vida, y el conjunto de lieder que más trabajó. Gute Nacht (Franz Schubert), Lied von Franz Schubert (1827) Gute Nacht (Adolf-Eduard-Marschner-Lied), Lied von Adolf Eduard Marschner Gute Nacht!, Gedicht von Kurt Tucholsky aus Fromme Gesänge (1919) Gute Nacht?, Gedicht von Theobald Tiger (Pseudonym von Kurt Tucholsky) aus Ulk (1919) Gute Nacht (Die-Ärzte-Lied), Lied von Die Ärzte (1989) Lockte mich ein Irrlicht hin, Dans les profondes gorges rocheuses English translation. », 3. De eerste "Abtheilung" van twaalf liederen werd voltooid in februari 1827, de tweede met de overige twaalf in oktober van dat jaar. Il était touché par l'émotion directe et sensible du poète. May favored me With many a bunch of flowers. So wie sie wohl blühen im Mai, Je rêvais de fleurs de toutes les couleurs Son accompagnateur est un peu inexpressif […], « Proche de l'édition de studio (DG), cette version radio est plus sauvage, plus brusque dans ses contrastes, souvent soulignés par ce qui est une simple saute dans la prise de son ; moins lisse, moins anonyme, sans cette réalisation quasi hypnotique du, « Pears donne une saisissante impression de rêve éveillé. Pourquoi bats-tu si fort, No. Jan Rot maakte een zogenaamde hertaling in het Nederlands van de liederen onder de titel Winterreis, opgenomen in 2002 door bariton Maarten Koningsberger en pianist Roger Braun. Les quelques transpositions de l'original sont effectuées par Haslinger, car Schubert compose parfois dans une tessiture trop aiguë. D'une voix toute émue, il nous chanta dans son entier le Voyage d'hiver. Lieder for a single voice soloist as included in Series IV of the New Schubert Edition and/or Series XX of Franz Schubert's Works.Note however that these editions include a few Part songs characterized as Lied.. Lieder with an opus number Lieder published during Schubert’s lifetime Op. Qu'empruntent les autres voyageurs, 21. Die Wetterfahne (La Girouette) Au contraire on peut penser que ce piano très franc, direct sans aucune brutalité, équilibre à merveille le penchant du chanteur pour la préméditation soigneusement calibrée. Ici, le voyage est intérieur, alternant entre le souvenir et le présent. 14. Et ce qui apparaît n'est qu'une figuration de son état d'âme : les girouettes ne désignent que le vent, les poteaux indicateurs des noms qui trompent le voyageur, la nature entière ne lui renvoie que sa propre image, une nature désolée, gelée, comme sans dieu[6], un monde privé de sens[7]. See Full Entry. 19. Wasserflut (Inondation) 1. « On a connu peu de Winterreise aussi intensément vécues, dont la sincérité fait fluctuer l'humeur et peut-être même pleurer sur une simple nuance. Winterreise semble reprendre là où en était le voyageur : La belle meunière en effet, s'achève sur les mots Gute Nacht, alors que le Voyage commence avec un poème portant ce titre. Winterreise (Talvinen matka) op. Jamais lieder ne m'ont tant touché. 89, D. 911, on Franz Schubertin vuonna 1827 säveltämä laulusarja, joka pohjautuu Wilhelm Müllerin runoihin.. Schubert sävelsi sarjan viimeisinä vuosinaan ja tarkisti teoksen painoon lähtevän version viimeisinä elinpäivinään. Es bellen die Hunde, es rasseln die Ketten; « Je me sentirai mieux dans l'obscurité Â», « roman musical s'achève sur la vision d'un misérable joueur de vielle que les chiens houspillent et à qui personne ne tend la main, image trop certaine de l'artiste qui œuvre dans les ténèbres, dans l'hostilité ou l'indifférence générale, « Dans le ressassement du petit motif, en ses deux métamorphoses instrumentale et vocale, un seul accent de désespoir […] sur le, « Hüsch donne de ces Lieder une interprétation très fidèle au texte, même si le style est un peu pompeux. maakt de Duitse componist Wolfgang Hufschmidt een uitgebreide muzikaal-semantische analyse. Schubert, lors de la reprise de la strophe, change "und" en "ihr" au vers 9[30]. D.911 (published as Op.89) I-Catalogue Number I-Cat. Mein Herz? « Son refus de toucher à l’intégrité des douze lieder déjà achevés nous dit combien il était satisfait de son premier cycle[10] Â». Le dessin mélodique à la voix commence haut perché sur le fa et descend jusqu'au ré (la tonique) plus d'une octave plus bas. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Schubert a trente-et-un ans. ...was will ich unter den Schläfern säumen? Le champion en est le baryton Dietrich Fischer-Dieskau qui l'a enregistré (en concert ou au studio) une douzaine de fois entre 1948 et 1990. Dieser Liederzyklus basiert auf einer Gedichtsammlung von Wilhelm Müller mit dem Namen Aus den hinterlassenen Papieren eines reisenden Waldhornisten. Kantoj. Un large aperçu discographique, commenté brièvement, est donné par François Lafon, dans un numéro du Monde de la musique[49]. La marche reprend, monotone et hypnotique, 5. Pour le no 7 Auf dem Flusse, Schubert fait quelques corrections pour les dernières mesures d'un finale alternatif. Je suis curieux de voir ce que vous en direz. […] Si l'on ajoute que la voix était à son apogée et que la version Moore (1972) ne nous la fera plus entendre avec un timbre aussi beau, on comprendra qu'il s'agit-là d'un maillon discographique majeur. Schubert a procédé à l'unique modification de l'ordre des poèmes de Müller en inversant l'ordre d'apparition de ce poème avec le suivant : « Si Schubert avait gardé Mut comme avant-dernier lied des douze selon l'ordre adopté pour finir par Müller, ce Courage aurait eu moins de force ; venant après la vision des Trois Soleils, il eut été moins logique et moins dramatiquement convaincant[38]. Le Voyage d'hiver a été gravé quelque deux cents fois. Winterreise op. », 23. Un jour il me dit : Viens aujourd'hui chez Schobert. Wo die ander’n Wand’rer geh’n, Pourquoi éviter les sentiers – En sol mineur / Nicht zu geschwind, Es brennt mir unter beiden Sohlen, 10. La nuit est annoncée ; on la veut bonne comme l'annonce le titre ; mais c'est dans les ténèbres qu'il faut chercher le chemin. Schüttl’ ich ihn herunter. Deze kwalificatie zou door censors in omloop zijn gebracht om zijn populaire status te ondermijnen. Da steht ein Lindenbaum, À la fontaine, devant le porche Mais il est ici à double sens : le passé ne suffit pas à diluer l'angoisse qui poursuit son mouvement de lied en lied. Von der Straße her ein Posthorn klingt. Le recueil est une « véritable confession musicale et [a] été baptisé dans le sang d'une vraie et profonde souffrance Â» (Bauernfeld)[9]. 78 / D 894. On assiste certes à la fragilisation d'une personnalité, mais sans plus : délire, désespoir et angoisse apparaissent trop pauvrement caractérisés. », 11. Es schlafen die Menschen in ihren Betten, Les chiens aboient, leurs chaînes cliquettent ; Een jonge man maakt na een afwijzing een reis. La partition, après validation par la censure, est publiée en deux volumes comme opus 89 chez Tobias Haslinger, qui avait déjà publié en avril 1827 la Sonate pour piano no 18 en sol op. Schubert a composé en deux fois les vingt-quatre lieder qui constituent l'ouvrage. Poet. The Weathervane (Die Wetterfahne), No. 89, D. 911). Convaincu d'avoir une œuvre complète avec les douze poèmes qu'il a mis en musique (lieder 1 à 12), Schubert invite ses amis à la première audition, le 4 mars 1827 au soir. L'écriture ou plutôt l'organisation du recueil définitif de Müller publié en 1824 et composé de vingt-quatre poèmes, connaît trois étapes[5], toutes publiées. 1 – "Erlkönig" D 328, Song "Der Erlkönig" ['Wer reitet so spät durch Nacht und Wind?'] Er zijn vele analyses van de Winterreise gepubliceerd, ook van uitvoerende kunstenaars als Dietrich Fischer-Dieskau, Gerald Moore en Ian Bostridge. Das Lied Gute Nacht ist das 1. Täuschung (Illusion) « Les premiers Lieder du cycle impressionnent favorablement : la voix est ronde, agréablement timbrée, imposant dès le départ une indéniable présence. La tonalité originale correspond à la clôture du premier cycle, refermé sur un ré mineur, comme il avait commencé ainsi que la mesure de marche. 1. Le schéma tonal est rigoureux pour la première partie : deux lieder ré et la mineur ; deux lieder dans des tonalités avec bémols : fa et ut mineur ; puis trois dans des tonalités avec dièses : mi majeur, fa et mi mineur. Siitä on tullut lied-repertuaarin maineikkain teos, jota esitetään ja levytetään jatkuvasti. ». Good Night (Gute Nacht) As a stranger I arrived As a stranger I shall leave I remember a perfect day in May How bright the flowers Paradoxalement la présence de la tonalité majeure est plus importante.